Le Bistro Régent

Mon panier

Nos Actus

Marc Vanhove : « Pour dupliquer Bistro Régent, il fallait un modèle très simple »

Posted on

C’est sur lhotellerie-restauration.fr que Marc Vanhove, à la tête du Bistro Régent nous explique le concept Bistro Régent.

Bordeaux (33) À la tête d’un réseau de 88 restaurants développés en franchise depuis fin 2011, le créateur de l’enseigne a démarré sa vie professionnelle avec un simple CAP de cuisinier et la soif d’entreprendre.

Marc Vanhove, 50 ans, n’est pas né avec une cuillère d’argent dans la bouche. « J’ai vu le jour à Bordeaux dans une famille modeste. Ma mère était employée à la Poste et mon père déchargeait les camions au marché des Capucins. À 13 ans, j’ai choisi d’être cuisinier comme mon grand-père. » À 17 ans, Marc Vanhove obtient son CAP cuisine. Le jeune homme ne chôme pas. Première place de chef à Paris, à l’Orée du bois, a 19 ans, et deux ans plus tard, il ouvre son premier restaurant, Le Bel Air, à Bordeaux. « Le propriétaire l’avait acheté pour son fils, mais ça n’allait pas. Il m’a laissé les clefs pour un franc et la reprise de son crédit, tout en se portant caution. J’ai rempli le restaurant en trois semaines. On faisait 5 millions de francs de chiffre d’affaires par an. Mais comme je ne savais pas gérer, l’établissement a été mis en liquidation trois ans plus tard, en 1990. »

Cette épreuve formatrice lui permet de rebondir toujours plus haut, jusqu’à l’achat en 2005 de la brasserie de luxe Le Régent, place Gambetta à Bordeaux. La revente, six ans plus tard, au groupe Pizza Pino lui permet de développer en franchise Bistro Régent : une enseigne lancée en septembre 2010 en ouvrant simultanément trois restaurants à Bordeaux. « Il s’agissait de prouver que le modèle marchait bien, explique Marc Vanhove. Pour dupliquer, il faut que ce soit très simple. Pas d’entrées, peu de produits, cinq plats au choix, accompagnés de frites fraîches à volonté et de salade. Une formule dont le tarif, 12,90 €, n’a pas bougé depuis son lancement. Autre incontournable : le contrôle de la qualité des produits. Chez nous, tout est frais. Nous travaillons avec peu de fournisseurs, qui approvisionnent directement les restaurants. Notre fameuse sauce, baptisée Charmélcia, qui est fabriquée dans notre laboratoire à Bordeaux, est envoyée aux franchisés, tout comme l’entrecôte – charolaise ou limousine -, qui représente 500 kg par jour, et 2 % de nos ventes. »

Soigner la communication

En matière de marketing et de communication, le patron met le paquet. À ses clients, bouteille de champagne offerte sous conditions, et jeu concours qui donnait à gagner, quatre ans durant, une Porsche. Depuis cette année, ce sont des lingots d’or d’une valeur totale de plus de 60 000 €. Pour gagner en notoriété, Bistro Régent a fait appel au chef Philippe Etchebest.

« Avec lui c’est une notoriété spontanée. Après deux ans et demi, on vient de resigner un contrat de deux ans. Ce chef médiatique qui recommande ‘bien manger, ça ne revient pas plus cher’ a permis de crédibiliser l’enseigne dans des régions où l’on partait de zéro.«  Depuis avril dernier, Bistro Régent est le sponsor officiel des Girondins de Bordeaux, jusqu’en juin 2019. « Avec ces deux poids lourds, on assure le développement de notre image au niveau national. » Présente à Paris depuis décembre dernier, l’enseigne à succès n’en finit pas d’essaimer. Objectif, 100 restaurants à la fin de l’année.

Brigitte Ducasse

Source : lhotellerie-restauration.fr